PARIS MOTOR SHOW 2018 : les coups de coeurs de Wolking AMBROISE !

Retrouvez l’article de notre cher Professeur Wolking AMBROISE partageant ses coups de coeurs du PARIS MOTOR SHOW 2018, et très prochainement, les oeuvres de nos jeunes “écrivains”.

A l’issue de ce travail pédagogique, les 3 meilleurs textes seront publiés sur notre site et nos réseaux sociaux et l’ensembles des travaux seront exposés dans le hall du CFAI 77.


PARIS MOTOR SHOW 2018 : les coups de coeurs de Wolking AMBROISE !

“ Du 4 au 11 octobre s’est tenu à la Porte de Versailles le Mondial Paris Motor Show. Nouveauté significative : ce salon n’est plus seulement consacré à l’automobile.

En effet, pour limiter la baisse de la fréquentation due, entre autres, à l’absence de certaines marques, cette manifestation s’est diversifiée : autos, motos, mobilité et technologie brillent de mille feux et peuplent les rêves des visiteurs.

En conséquence, malgré une légère désaffection, ce rendez-vous parisien demeure toujours l’exposition de véhicules la plus visitée du monde.

Encore une fois, la tradition automobile a été respectée au CFAI. Le 9 octobre dernier, les apprentis encadrés par leurs enseignants -M. Ferradj et moi-même- sont allés découvrir les tentations de ce salon retentissant.

Alors qu’aux éditions précédentes, les apprentis devaient travailler sur des thèmes liés à l’automobile et produire des textes explicatifs allègrement illustrés, cette année, j’ai changé la consigne. Il ne s’agit plus seulement du programme d’histoire avec l’évolution de l’industrie automobile, mais aussi du français qui invite à l’exploration de l’imaginaire. Ainsi les jeunes doivent rédiger des fictions relatives à l’automobile. De rutilantes cylindrées vont circuler dans des récits réalistes, merveilleux ou fantastiques ; des chevaux hennissants et vrombissants vont galoper dans des fables ou des contes.

Mais en attendant leurs œuvres, permettez-moi de partager avec vous mes coups de cœur ”


“ Je sais que les prototypes préfigurent non seulement l’évolution des marques, mais suscitent surtout les fantasmes automobiles les plus débridés des visiteurs. Toutefois, j’ai la prosaïque habitude de convoiter plutôt au salon des véhicules que je peux acquérir. Cette attitude antipoétique m’a conduit vers 2 voitures qui sont autant des coups de cœur que de raison, même si parfois la raison s’écœure des raisons du cœur. Ces 2 modèles sont la Tesla Model 3 et le DS3 Crossback e-Tense.

Tesla 3 au Salon Motor Show 2018 à Paris

Crédits photo : GUIDO ten Brink / SB-Medien

L’Américaine n’est pas vraiment une nouveauté mondiale : elle sillonne déjà les routes d’outre-Atlantique et on pouvait la précommander dès 2016. Néanmoins, c’est la première fois qu’elle est visible dans un salon européen. La particularité de la marque californienne est qu’elle est strictement électrique, contrairement à certaines marques dont les versions électriques sont dérivées d’autres modèles thermiques.

En fait, la Tesla est la voiture électrique la plus attendue en Europe, car c’est le tout premier modèle abordable de la marque : la Model 3 standard est à partir de 35.000 dollars aux Etats-Unis ; on peut donc espérer qu’elle n’excèdera pas les 35.000 euros en France après la déduction des subventions de l’Etat.

Ce véhicule tutoie vraiment le futur. Ce n’est pas uniquement son concentré de technologie qui passionne, il possède aussi des capteurs « autopilot » de série et une fonction de conduite autonome, actuellement bridée pour des raisons d’homologation, mais qui pourra être mise à jour par la marque quand la législation l’autorisera.

L’autonomie n’est pas négligeable : entre 350 et 500 kilomètres suivant la version. Autant dire que ce modèle répond à une préoccupation récurrente : la peur de la panne sèche.

Mon enthousiasme s’est porté sur un autre modèle : le DS 3 Crossback E-tense. Cette voiture électrique, dont les versions thermiques sont déjà déclinées, ne sera commercialisée qu’en 2019.

Citroen DS3 E-TENSE au Salon Motor Show 2018 à Paris

Crédits photo : GUIDO ten Brink / SB-Medien

Le DS3 électrique Crossback, sémillant SUV urbain, remplace l’ancien DS3. Point n’est besoin d’ailleurs de signaler que DS est devenue une marque à part entière symbolisant l’élégance et le luxe dans la grande famille PSA.

Ayant un Juke Nismo qui a sensiblement le même gabarit, j’ai eu néanmoins une impression d’enfermement dans l’habitacle de la DS. Elle n’a pas la vocation d’une routière, mais plutôt celle d’être la reine des beaux quartiers.

Nous n’avons pas encore toutes les spécifications de ce DS3 Crossback, mais l’autonomie est annoncée à 300 kilomètres, donc bien en dessous de celle de la Tesla. Cependant l’attrait technologique de cette beauté e-tense fera de l’ombre aux prétendants du segment : Audi Q2, Mini Countryman…

Somme toute, la mobilité et la technologie omniprésentes à cette dernière édition du salon sont révélatrices de cette évolution, voire cette mutation de l’automobile. Nous allons changer notre rapport à la voiture : moyen de transport et lieu de vie. ” 


Wolking AMBROISE